•  





    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Précisions concernant l'article:

    -la fête avait lieu le samedi 15 et non le 22.

    -Dany n'est ni président de l'APE, ni président du conseil d'école, il est simplement parent élu au conseil d'école comme les autres, et bénévole de l'APE comme vous tous!


    votre commentaire
  •  

     

     

     

    Compte-rendu de ce 1er comité de pilotage

     

    (rédigé par les parents de l'école présents: Antoine, Dany, Jeanne, Karine)


     

    • présents: maire, adjointe aux affaires scolaires, 2 élus, secrétaire général de mairie, directrices + 1 enseignante de chaque école, représentants APE, APEL, OGEC, conseil d'école St Exupéry, secrétaire de l'asso locale Familles rurales, Etienne directeur du centre de loisirs.

      Le maire rappelle le contexte réglementaire (je ne remets pas ce qui a déjà été évoqué précédemment).

    • Trois évolutions importantes:
         
      - le DASEN autorisera de dépasser d'une 1/2heure la limite de 5h30 par jour. On peut donc avoir des journées de 6h comme aujourd'hui...
          - comme notre collège de rattachement (Janzé) travaille le
      mercredi matin, le DASEN a dit au maire qu'il refusera une dérogation pour le samedi... donc, le débat est fermé sur ce point! Je vous passe les détails de nos commentaires sur ce sujet, car je suis encore énervé des méthodes "démocratiques" et de la "concertation" autour de cette réforme...
          - le conseil d'Etat a annulé les taux d'encadrements du décret ministériel. Le taux est le même que pour les ALSH, à savoir 1 pour 12 enfants de plus de 6 ans, 1 pour 8 enfants de moins de 6 ans.
      Il faut donc + de monde que prévu initialement.


    • Dans la comcom, seule Servon-sur-Vilaine applique la réforme dès 2013. Les élus échangent sur le sujet, mais ils ont besoin d'y voir plus clair sur la façon de faire dans chaque commune, pour voir ce qu'il peuvent organiser en commun le cas échéant.


    • L'école privée suit la demande de la direction diocésaine d'appliquer la réforme en même temps que les écoles publiques. Les élus ont décidé de financer l'application de la réforme pour l'école privée comme pour l'école publique.
      Nous avons indiqué que si l'école privée appliquait la réforme, il nous paraissait évident qu'il faudrait coordonner l'organisation entre les deux écoles de manière à attirer plus facilement des intervenants qualifiés et à organiser des activités de qualité.


    • Financièrement:

      Les élus ont fait une estimation financière du besoin à 55 000 €/ an pour les encadrants, les ATSEM, la garderie, le ménage, le restaurant scolaire, et le financement de la même chose à l'école privée.
      La CAF pourrait aider financièrement si c'est dans le même cadre qu'un ALSH, c'est à dire s'il y a une facturation aux familles. S'il n'y a pas de facturation aux familles, il n'y a pas d'aide de la CAF.

      Servon-sur-Vilaine a tenté une facturation d'1€ symbolique, mais la CAF a refusé qu'on contourne ainsi son fonctionnement habituel.


    • Un équipe est à constituer, avec les problématiques suivantes:

      -qualification,

      -formation,

      -gestion des plannings,

      -définition des activités,

      -intervenants extérieurs,

      -lieux appropriés,

      -restauration le mercredi,

      -coût et financement.
      Le maire souhaite qu'il n'y ait qu'un référent, en charge de l'organisation et du contenu des activités, des plannings, etc, et que ce soit
      Etienne le directeur du centre de loisirs. Nous avons indiqué que nous étions d'accord avec le fait d'avoir un responsable connu, et qu'Etienne était apprécié des parents pour son travail au centre de loisirs, donc que ce choix nous convenait.


      • Découpage de la semaine:

        Les élus indiquent qu'ils ont besoin d'avoir un emploi du temps pour avancer sur le recrutement et les intervenants extérieurs possibles. C'est également un besoin au niveau intercommunal pour voir ce qui est possible.
        Les élus ont donc réfléchi à un
        emploi du temps possible. Ils proposent de regrouper les TAP (temps d'activités périscolaires) sur deux jours, pour avoir des créneaux d'1h30 au lieu de 45 min, ce qui permettra d'avoir des activités plus conséquentes et structurées, et aussi permettre plus facilement le recrutement. Ils proposent aussi une alternance des jours entre les deux écoles.


        Planning 2014/2015 Ecole 1

         

         

        7h30-8h30

        8h30-11h30

        11h30-13h30

        13h30-15h

        15h-16h30

        16h30 à ...

        lundi

        GARDERIE

        Temps scolaire

        Pause méridienne

        Temps scolaire

        TAP

        GARDERIE

        mardi

        GARDERIE

        Temps scolaire

        Pause méridienne

        Temps scolaire

        Temps scolaire

        GARDERIE

        mercredi

        GARDERIE

        Temps scolaire

        Pause méridienne

         

         

         

        jeudi

        GARDERIE

        Temps scolaire

        Pause méridienne

        Temps scolaire

        TAP

        GARDERIE

        vendredi

        GARDERIE

        Temps scolaire

        Pause méridienne

        Temps scolaire

        Temps scolaire

        GARDERIE

         


        pour l'école 2: on inverse les lundi-jeudi avec les mardi-vendredi.



      • Débats:

          - sur l'allongement possible de la matinée: jusqu'à 12h par exemple, pour profiter + de l'éveil des enfants. Difficultés avec la faim des plus petits, ou de ceux qui se lèvent très tôt.
        - Nous avons insisté sur le
        besoin de repos en début d'après-midi, qui nous semble essentiel dans cette réforme en lien avec le rythme naturel des enfants. Repos = sieste ou temps calme, lecture, etc. Idée d'une partie de TAP en début d'après-midi. Si c'est trop compliqué, possibilité de proposer à minima ce repos à ceux qui mangent au 1er service (= les plus jeunes, qui en ont le + besoin), pendant que les grands sont au 2ème service. Nécessite des locaux adaptés (comme on réfléchit à la construction, c'est le bon moment) et du personnel. Peut se faire sans toucher au planning proposé, ce serait en + des TAP. Ce repos est une nécessité pour atteindre l'objectif de la réforme.
        Le maire "entend la demande et veut bien y réfléchir".

        - Les élus et Familles rurales souhaitent que les enfants soient
        inscrits aux TAP sur toute une période (au début du débat = toute l'année, ensuite = une période à définir), pour pouvoir organiser les activités et les recrutements.
        - Gros et longs débats sur le fait que des parents voudront récupérer leurs enfants quand ils le peuvent / le veulent en fonction de leurs disponibilités, ou en fonction de l'intérêt porté aux activités.

        Je cite en vrac: "le but de la réforme est de libérer les enfants le plus possible pour qu'il rentrent chez eux"; "mais non le but est de leur proposer des activités, et pour les organiser il faut bien un engagement des familles"; et nous avons indiqué: "ce que les parents nous disent, c'est que cela dépend surtout du contenu des activités et de leur qualité: si cela plait, ils laissent leurs enfants aux activités, si cela ne leur plait pas, il les récupèrent le plus souvent possible".

        Réponses des élus: "cela ne peut pas être à la carte, il faut bien qu'on s'organise. Si l'on veut des activités de qualité, il faut un engagement que les enfants y seront assidument".
        Etienne: "il y a un gros malentendu sur le contenu des activités: cela n'est pas de la garderie, mais cela ne pourra pas non plus être des activités encadrés par des Brevets d'Etat ou des BJEPS de type judo ou autre, il ne faut pas rêver. Les activités s'apparentent à ce qu'on fait au centre de loisir, où un projet est construit sur l'année. D'ailleurs peu de parents me demandent le projet... Pour les TAP de la réforme j'ai réfléchi à des activités et je propose: peinture sur céramique, feutrine, court métrage, cuisine, etc."
        Nous avons donc indiqué que "nous sommes bien conscients que le centre de loisirs et la garderie c'est différent. Les parents en sont globalement conscients, et ils voient aussi la différence au centre de loisirs en fonction des encadrants présents. Si les activités sont telles que décrites là, c'est déjà pas mal, à condition que l'encadrement soit de qualité aussi. Et il devrait tout de même être possible d'avoir des BE ou des BJEPS qui puissent proposer de temps en temps des activités en faisant une rotation sur les communes, grâce à un volume horaire garanti par la comcom. Sans que cela soit systématique, l'intervention régulière de tels profils devrait être possible."


        Puis ça repart: "
        oui mais on ne peut pas demander un engagement à long terme alors que les parents peuvent récupérer leurs enfants par exemple le vendredi de temps en temps". "et les couples qui travaillent en décalé?". "et les couples séparés dont l'un peut récupérer les enfants le vendredi mais pas l'autre?". "si c'est du temps scolaire comme aujourd'hui on ne se pose pas la question". "oui mais justement ce n'est pas du temps scolaire". etc etc... je passe sur la provocation de la secrétaire locale de Familles rurales: "les activités qu'on propose sont bien mieux qu'à la maison où les enfants regardent la télé de toute façon"...

        ensuite joli bazar impossible à transcrire!!!! En tout cas ça a eu le mérite de stopper ce débat qui tournait en rond!!!!


        -
        quelle école a le vendredi en TAP (important pour les enseignantes...). Idées d'alternances par périodes. Mais consensus sur le besoin d'avoir le même emploi du temps sur toute l'année. Donc inversion entre écoles une année sur deux. Et de toute façon, suivi de l'application de la réforme et modifications possibles en cours de route.

        -
        comment placer l'heure d'APC dans un temps d'1h30? que feront les enfants pendant la demi-heure restante? Idée de placer l'APC le midi, en plus de la journée... idée rejetée immédiatement par nous, puisqu'on ne va quand même pas allonger la journée... ça nous parait évident, mais ça n'avait pas l'air évident pour tout le monde... bref!
        Solution simple: il est possible d'annualiser le temps d'APC (36h/an). Donc cela fait 24 créneaux d'1h30. Les TAP devront être organisées pour gérer le fait qu'il n'y aura pas d'APC sur 12 semaines dans l'année. Organisation de l'année à voir.
        Les enseignantes de St Exupéry ont déjà réfléchi à un panel d'activités: danse bretonne, théâtre, etc.

         

      • Questionnaire :Le maire souhaite envoyer un questionnaire aux familles courant septembre, avec des questions "plutôt fermées" pour éviter l'impossibilité de dépouiller qu'ont connues certaines communes.

        Questionnaire préalablement soumis au comité de pilotage, puis distribué par les écoles, puis analyse par le comité de pilotage en octobre.
        Il souhaite notamment y inclure la proposition d'emploi du temps, et nous demande notre accord de principe pour le faire. Les enseignantes de St Exupéry souhaitent en parler avec leurs collègues avant de donner leur accord de principe.

        Débat sur le fait que le comité de pilotage doive décider et avancer, ne pas refaire les débats, etc...

        Nous avons indiqué que nous avions déjà réfléchi à un emploi du temps de ce type, avec des TAP longs sur deux jours pour avoir des activités structurées et recruter plus facilement des intervenants, mais nous nous étions arrêtés car nous pensions que ce n'était pas possible (règle des 5h30 maxi). Nous avons donc indiqué que si les activités étaient intéressantes comme Etienne le proposait, plus des intervenants extérieurs réguliers, plus un repos le midi, alors ce serait sans doute très bien! Nous ajoutons qu'il est indispensable d'indiquer dans le questionnaire les activités envisagées, car les réponses des parents dépendent très clairement de cela, ainsi que de la gratuité ou non.
        Le maire indique que les élus n'ont pas débattu de la facturation ou pas, mais que personnellement
        il n'imagine pas facturer, ce serait trop compliqué et ajouterait des inégalités. Les autres élus présents sont d'accord. Le conseil municipal ne peut pas délibérer sur cette question car le budget 2014 doit être adopté par le conseil élu en 2014. Donc le maire indiquera une position de principe de l'équipe actuelle sur le questionnaire (position qui sera préalablement validée par la commission scolaire et le bureau des adjoints).

        Nous indiquons en toute fin de séance que nous aimerions une coordination entre Etienne et les enseignantes pour une bonne complémentarité des activités TAP/APC et sans doublon.

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Précisions concernant l'article:

    - Dany n'est pas président du conseil d'école, il est simplement parent élu comme les autres.

    - ce n'est pas une pétition qui a été envoyée à l'inspection académique, mais un simple courrier signé par les 11 parents du conseil d'école.


    1 commentaire

  • 1 commentaire
  • Commission garderie du 21/05/2013

     

    • Fréquentation

    Pour rappel 2011-2012 : moyenne de 20 enfants le matin- 25 enfants qui partent avant 18h- 19 enfants qui partent après 18h - soit une moyenne de 64 enfants/jour

     

    Cette année

    2012-2013: moyenne de 18 enfants le matin- 27 enfants qui partent avant 18h- 16 enfants qui partent après 18h

    soit une moyenne de 61 enfants/jour sur environ 180 inscrits.

     

    Mardi et jeudi sont les journées les plus chargées.

    • Tarifs

    Une augmentation de 4% est à prévoir liée à l'augmentation des charges de fonctionnement de la collectivité.

    Déficit de fonctionnement de 8000 € sur la garderie comme beaucoup de communes.

     

    Les tarifs passeraient à 1,05€ le matin, 1,65€ avant 18h, 2,20€ après 18h.

    Le taux majoré à 5€ reste inchangé.

    • Année 2013-2014

    Nous vous rappelons que sur l'année 2013-2014 va se décider l'organisation de la mise en place des nouveaux rythmes scolaires.

    L'accueil périscolaire va en être un enjeu important pour la rentrée scolaire 2014.

    Vos remarques, vos idées sont les bienvenues !!


    votre commentaire
  • Fonctionnement de la garderie sur l'année scolaire 2012-2013

    Les horaires:

    • Ouverture matin 7h30 à 8h30 ( 8h20 pour les maternelles)

    • Ouverture le soir 16h30 à 19H

    Qui s'occupent de vos enfants ?

    • Solène

    Responsable de la garderie. Elle gère également les cartes et les goûters. Elle est présente dès le matin, sur le temps de cantine, et de 16h30 à 19h.

    • Myriam

    ATSEM dans la classe 2. Est présente à la garderie de 7h45 à 8h30 et de 16h30 à 17h45.

    • Muriel

    Gère l'étude de 16h30 à 18h15.

    • Jacqueline

    ATSEM dans la classe 3. Est présente de 16h30 à 17h30.

     

    Les tarifs :

    • matin: 1€

    • De 16h30 à 18h (goûter inclus): 1,60€

    • Après 18h : 2,10€

    • Après 19h ou défaut d'inscription: taux majoré à 5€

    Nous vous rappelons que la feuille de renseignements à remplir en début d'année est très importante même si vos enfants ne vont pas à la garderie. Pensez aussi à communiquer vos changements de numéro de téléphone.


    votre commentaire
  • Le dernier conseil d'école a eu lieu le mardi 4 juin 2013. Le compte-rendu officiel n'est pas encore prêt.

    Nous pouvons tout de même vous indiquer qu'à ce jour 206 enfants sont inscrits pour la rentrée de septembre 2013, pour 183 aujourd'hui. Soit une moyenne de 29,5 enfants par classe. Ceci est un chiffre trop important, pour que les enseignements se passent correctement pour les enfants. D'autant que comme chaque année, quelques enfants s'ajouteront au fil de l'année. La moyenne dépassera donc 30 enfants par classe en cours d'année scolaire, si nous n'avons pas d'ouverture de classe.

    La décision d'ouvrir une nouvelle classe sera prise (ou non...) par l'inspection académique, en fonction des effectifs des écoles du département et du nombre d'enseignants disponibles. Pour que la décision d'ouverture de classe nous soit favorable, il faut qu'un maximum d'enfants nés entre 2003 et septembre 2011 soient inscrits à l'école le plus vite possible. Parlez-en autour de vous!

    Pour ouvrir une classe, il faut aussi que les locaux soient disponibles. Nous demandons à la municipalité de les prévoir et d'assurer à l'inspection académique que tout sera fait pour accueillir cette nouvelle classe.

    !!! Ouverture de classe en septembre 2013 !!!


    votre commentaire
  • Fête de l'école le samedi 15 juin 2013

    On vous attends nombreux pour cette fête !

    Dores et déjà, merci aux parents qui ont répondu présent à l'appel aux bénévoles !

     


    votre commentaire
  • NB : ce compte-rendu est établi par les parents représentant l’APE de l’école St Exupéry. Ce n’est pas le compte-rendu officiel de la mairie.

     

    La fréquentation est en légère hausse, à 261 repas par jour en 2013 (rappel 2012 = 259 repas/j, 2011 = 253). Il y a des fluctuations quotidiennes inexpliquées, parfois de +/- 45 repas. Cela complique le travail de l'équipe, pour les commandes et les préparations.

    De plus, les erreurs de pointage du matin posent problème, notamment au 2ème service, car en réalité il y a trois groupes qui arrivent séparément et qu'il faut servir à 13h05 (St Exupéry), 13h10 (St Joseph), et 13h15 (St Joseph). Quand il y a un nombre plus important que prévu, et que la quantité préparée est déjà "juste", il faut répartir les aliments et le pain pour servir tout le monde. D'où l'impression que parfois les quantités sont trop faibles à ce service. Il est arrivé exceptionnellement qu'il faille prendre du pain dans des corbeilles déjà en place, pour en donner aux derniers arrivés.

    Un autre problème est lié aux fruits frais. Ils sont commandés plusieurs jours à l'avance, en prévoyant un temps de maturation, en quantités suffisantes alors que l'affluence du jour J est inconnue. Ce jour-là les fruits sont distribués et s'il en reste ils ne sont pas jetés. Ils sont servis quelques jours plus tard en quartiers ou tranches, mais tout le monde n'a pas la même chose (ex: pommes, mandarines, pamplemousse, etc.) en fonction des quantités restantes. La répartition est faite équitablement entre public et privé, mais d'une table à l'autre ça peut donner l'impression d'écarts. Si en plus ce jour-là il y a un écart entre le pointage et le nombre d'enfants du 2ème service, ça peut donner des quantités de fruits un peu justes...

    Une grande partie des problèmes, réels ou ressentis, est liée à des problèmes de pointage. A l'école St Joseph, ces pointages sont faits par les enfants à leur arrivée, et ils emmènent leur badge à domicile, ce qui entraine des pertes et usures rapides. A la différence de St Exupéry, où c'est Solenn ou Muriel qui fait le pointage en début de matinée, ce qui occasionne relativement peu d'erreurs. La réflexion est en cours pour changer le fonctionnement à St Joseph et ne plus avoir ces erreurs de pointage, ce qui résoudra mécaniquement une partie des problèmes de quantités perçus.

     

    Bilan financier: sur 2012 (année civile), 36862 repas servis sur 141 jours (rappel 2011 = 35451 sur 139 jours). Dépenses de 135 714 euros, recettes de 121 313 euros, soit un déficit de 14 400 euros (rappel 2011 = déficit de 9500 euros, 2010 = excédent de 1000 euros).

    Le tarif actuel est de 3,28 euros pour les enfants.

    Les aliments reviennent à 0,88 euro par assiette, pour 0,83 en 2011. C’est un coût de revient plutôt bas par rapport à d’autres cantines. Ce n'est pas ce qui explique le déficit : il s'agit d'une augmentation de toutes les charges de fonctionnement, sans qu'une d'elle soit vraiment prépondérante.

    La commune a financé ce déficit 2012, et pour la rentrée prochaine elle a décidé de continuer à financer un déficit, donc de ne pas augmenter le tarif à proportion des dépenses réelles, pour les familles de Piré. Le tarif "Piré" augmentera de 4% (3,40 euros) en lien avec l'augmentation des denrées alimentaires. Les élus considèrent qu'il ne serait pas normal de faire peser le déficit sur les contribuables de Piré, pour les enfants hors commune. Le tarif pour ces enfants compensera donc le coût réel d'un repas, soit 3,68 euros. Le maire demande aux associations de parents de demander aux communes voisines si elles souhaitent financer l'écart pour leurs familles.

    Nous (parents) avons réagi en indiquant que nous nous réjouissons que les élus acceptent de financer un déficit "à l'avance" pour maintenir un prix modéré pour les familles. Mais il nous parait anormal que deux enfants assis côte à côté n'aient pas la même tarification. Nous comprenons le point de vue des élus de Piré, mais nous leur demandons de prendre contact avec les élus des autres communes pour faire cette demande de prise en charge, en expliquant et en détaillant les chiffres que nous ne maitrisons pas, pour éviter de pénaliser les familles concernées. Nous avons rappelé que les enfants de ces familles ne venaient pas à Piré "par plaisir", mais bien parce qu'il n'y a pas d'école publique dans leur commune, et ce n'est pas de leur faute.

     

    La commission enfants a préparé un menu sur une semaine, qui sera servi du 10 au 14 juin.

     

    Résultats du sondage (résultats complets affichés sur le panneau de l’APE à l’entrée de l’école, et dans l'article précédent) :

     

    Beaucoup de satisfaction, notamment sur la qualité des repas, le service, la variété et l'équilibre alimentaire. Félicitations à toute l'équipe du restaurant pour ces points. Les menus sont facilement trouvés et lus depuis qu'ils ne sont plus "papier". Les horaires sont satisfaisants, donc attention lors de la réflexion sur les rythmes scolaires: si on chamboule les horaires du midi, on a des chances de moins satisfaire. L'ambiance est jugée bonne, mais plusieurs remarques sont faites sur le bruit. L'équipe agit déjà pour "calmer le jeu" quand il y a trop de bruit, et le restaurant est acoustiquement bien pensé. Le but n'est pas non plus d'avoir le silence complet, les enfants ont besoin de parler à table. Le tarif est satisfaisant pour la plupart des familles, un peu trop cher pour quelques-unes. Les familles sont globalement au courant que l'équipe est municipale, sauf 13%. Mme Persello indique aux nouvelles familles lors de l'inscription que le restaurant scolaire est géré par une équipe municipale, ce qui devrait faire "disparaitre" le pourcentage restant à l'avenir. Nous ajoutons qu'au vu de la satisfaction globale des parents, les élus ont eu raison de choisir et de maintenir un fonctionnement communal, avec travail de produits frais et/ou de base (pas de plats achetés "tout fait"). Nous indiquons que si un service devait être mis en place le mercredi midi (réforme des rythmes scolaires), il serait préférable que ce service soit également communal.

     

    Il y a une insatisfaction importante sur les quantités, et un ressenti d'écart entre public et privé sur ce sujet pour plusieurs familles. Voir les explications données plus haut sur les erreurs de pointage. Le chef ajoute qu'il fait tourner les tables et les agents chargés du service, pour éviter les habitudes qui pourraient être légèrement différentes d'un agent à l'autre. Par ailleurs, les quantités préparées sont fonction des menus et des habitudes: par exemple on prépare beaucoup plus de frites que de haricots verts. Celui qui aime les haricots verts peut trouver cela un peu juste. En principe il en reste toujours un peu après le service à table. Ne pas hésiter à en redemander quand l’assiette est finie. Une attention sera portée sur ces points.

     

    La demande d'aliments "labellisés" est importante. Mais on voit aussi qu'une majorité de familles ne souhaite pas que le coût augmente. Le maire et le chef indiquent qu'ils regardent cela et qu'ils mettent en place un observatoire des prix des fournisseurs. Ils sont confrontés à plusieurs difficultés pour la fourniture d'aliments label (bio notamment, mais pas seulement):

    ·         leur fournisseur de fruits et légumes frais ne fait pas de bio. Ils ont trouvé un fournisseur intéressant en bio, mais ce dernier leur demander de tout commander chez eux, le bio et le conventionnel: hors il est plus cher en conventionnel.

    ·         problème d'offre: par exemple le GIE Manger Bio demande un engagement de commandes, mais l'offre est parfois manquante ou fluctuante (commandes modifiées ou annulées au dernier moment), ce qui complique trop le travail de l'équipe de préparation.

    ·         difficulté pour travailler certains produits label. Exemple: le poulet label rouge (comme le poulet de Janzé) ne se vend qu'entier, ce qui demande trop de découpe et de préparation dans une matinée.

    Par ailleurs, le maire et le chef indiquent qu'il y a eu plusieurs fois des produits bio dans des menus, sans l'avoir écrit pour éviter que les enfants n'aient des idées préconçues "bio = bon" ou à l'inverse "bio = mauvais". Nous demandons au chef d'indiquer quand même ce genre de choses à l'avenir, pour répondre à l'attente des parents. De plus, ils indiquent que les produits choisis actuellement ne sont pas les moins chers, pour avoir des produits de qualité. Ils ne souhaitent pas sacrifier cette qualité pour pouvoir payer quelques produits label. Nous acquiesçons en indiquant que la qualité est bien perçue des parents, qu'il ne s'agit pas de la dégrader. Mais nous leur demandons s'il est tout de même possible de s'engager dans des commandes à l'avance, et d'avoir un peu d'incertitude dans les menus, si cette incertitude est limitée: par exemple sur les légumes uniquement, deux fois par mois: un changement de menu impromptu est-il gérable par l'équipe? Le chef indique que c'est sans doute possible, qu'il faut étudier la question. En conclusion le maire et le chef indiquent que cette question n'est pas fermée, et qu'ils continuent de regarder.

     

    Enfin, même si la question n'était pas posée explicitement, nous indiquons que les résultats du sondage nous font penser à la tarification "au quotient familial" (selon les revenus et la composition de la famille) : une majorité est satisfaite du prix actuel, mais certains trouvent que c'est trop cher, tandis que d'autres seraient prêts à payer un peu plus. Nous demandons aux élus s'ils ont déjà pensé à une tarification de ce type. Le maire indique que la question a déjà été étudiée, mais que les élus préfèrent un tarif fixe car ainsi la part financée par la commune (prise en charge du déficit) est identique pour chaque enfant. Le maire rappelle que le tarif reste peu élevé par rapport à d'autres restaurants scolaires. Il est conscient que certaines familles peuvent avoir des difficultés. Dans ce cas ces difficultés sont gérées en lien avec un(e) assistant(e) social(e) (CDAS de Janzé) et avec le CCAS (Centre Communal d'Action Sociale) si nécessaire.

     

    PS : pour ceux qui ont des problèmes de quantité : merci de bien indiquer à vos enfants qu’ils peuvent demander « du rab ». D’ici quelques jours/semaines, merci de nous dire si le problème persiste ou a disparu.


    votre commentaire